Il faut sauver le soldat Uniross !

Il faut sauver le soldat Uniross !

 

Uniross, une entreprise stratégique performante risque de bientôt disparaître du paysage industriel français. Placée sous sauvegarde en octobre dernier, elle attend la décision du tribunal de commerce à son sujet. Mais derrière cet exemple d’entreprise frappée par la crise pourrait se trouver un cas d’intelligence économique riche d’enseignements. Spécialisée dans les chargeurs et batteries rechargeables, Uniross a été créée en 1968 en Angleterre avant de passer sous pavillon français en 1992 rachetée par la Saft alors filiale d’Alcatel. En 2001, un LBO mené par Christophe Gurtner, le dirigeant de l’activité grand public de Saft en fait une success story à la française : de 5 personnes, elle passe à 70 en France (Marne La Vallée) et 700 dans le monde. En 2007, présente dans 70 pays, Uniross a réalisé un chiffre d’affaires de 80 millions d’euros. En phase avec le développement durable (ses produits sont une alternative économique et environnementale aux piles classique et à la pollution qu’elles génèrent en termes de déchets), les technologies développées par Uniross apparaissent comme stratégiques dans le domaine de l’énergie et plus précisément le stockage de l’électricité.


Affecté par une baisse de la consommation et un manque de trésorerie, le leader européen des batteries rechargeables pour appareils photo ou caméscopes se voit, contre toute attente, notifier une fin de non recevoir par des banques qui connaissent pourtant la solidité de l’entreprise.
Mais comment expliquer cette frilosité bancaire vis-à-vis d’un entrepreneur français qui a fait ses preuves ? Est-ce parce que ce profil atypique à la réussite fulgurante ne vient pas de l’establishment ?  Pourtant, son passé de dirigeant plaiderait cent fois en sa faveur. Et comment expliquer qu’à l’heure où l’Etat vient de leur porter secours, des banques rechignent à reporter l’effort de solidarité vers une PME reconnue qui traverse une mauvaise passe ? N’est-ce pas dans la tempête que l’on reconnaît les vrais marins ?

Tout ceci ne serait sans doute qu’une banale affaire de crédit si Uniross n’avait été ciblée par une entreprise concurrente asiatique bénéficiant de l’appui de financiers français connus pour leurs stratégies de prédation et de restructuration (délocalisation) agressives. Nul doute qu’ils souhaitent acquérir l’entreprise à moindre frais. Et on comprend mieux, dès lors, tout l’intérêt de la procédure de sauvegarde. D’autant que le dirigeant serait victime de rumeurs étranges et insistantes qui lui auraient déjà fermé des portes d’investisseurs pourtant promises !

 

Tant en raison des emplois en jeu que de l’importance de la technologie clé, il faut tout faire pour sauver le soldat Uniross. Car l’avenir de cette PME innovante pourrait bien se jouer dans les jours qui viennent. Incompréhensible, la disparition d’Uniross serait également symbolique de l’incapacité de notre pays à protéger ses petites entreprises d’appétits financiers qui ne servent pas – la crise actuelle le démontre – le développement industriel français.

 

Un espoir ? La décision du tribunal de commerce de Meaux est attendue pour le 1er décembre et on se doit d’espérer, à un moment où l’Etat proclame la nécessité de renforcer sa politique de sécurité économique, qu’il saura rendre une justice au dessus de tout soupçon… de guerre économique.