Les principaux candidats à la présidentielle américaine contre les projets de traités de libre échange

Les principaux candidats à la présidentielle américaine contre les projets de traités de libre échange

Si en Europe, le projet de Traité transatlantique fait débat, il n’est pas non plus épargné par la campagne électorale américaine. La campagne se focalise toutefois davantage sur le Traité transpacifique (cf. note 1). Quand elle était Secrétaire d’Etat, Hillary Clinton a prononcé trois discours sur le sujet en novembre 2012 (en Australie, à Singapour et à la Brookings Institution, think tank dont le siège est à Washington), avec une certaine forme de louange enthousiaste pour ce type de traité (cf. note 2). Depuis, la campagne à la primaire démocrate a débuté et les concurrents de Hillary Clinton se sont se sont rapidement prononcés sur la thématique des traités de libre-échange. Pour les démocrates, Bernie Sanders considère que le Traité transpacifique « est un accord commercial désastreux conçu pour protéger les intérêts des plus importantes multinationales au détriment des travailleurs, des consommateurs, de l’environnement et des bases de la démocratie américaine ». C’est en des termes moins tranchés que Martin O’Malley y voit un outil juridique qui permettrait aux « plus grandes banques » de mettre à mal les dispositions de la loi Dodd-Franck (loi qui a réformé la finance américaine à la suite du cataclysme des subprimes).
Du côté républicain, sa figure de proue, Donald Trump, pourtant fervent défenseur des « marchés ouverts », déclarait le 22 avril 2015 sur son compte Twitter : « le traité transpacifique … est un mauvais accord », appelant même le congrès, en mai 2015, à « voter non à la voie rapide » du « Trade Promotion Authority » (procédure législative accélérée permettant au Congrès d’approuver, sans amendement possible, un accord de libre-échange négocié par le pouvoir Exécutif). Donald Trump invoquait même, le 5 octobre 2015, « l’incompétence et la malhonnêteté du Président, de son administration et (ce qui est peut-être plus inquiétant) du Congrès qui sont sur le point de faire peser un risque sur les emplois américains et les moyens de subsistance des Américains ».
Malgré son départ du poste de Secrétaire d’Etat (John Kerry lui a succédé le 1er février 2013), Hillary Clinton a tardé à prendre position publiquement sur la question du Traité transpacifique, jouant même à l’équilibriste. Au point que Bernie Sanders déclarait, le 11 juin 2015, ne pas « comprendre comment être un candidat sérieux à la Présidence des Etats-Unis, qu’il s’agisse de Hillary Clinton ou de n’importe qui d’autre, et ne pas avoir d’opinion sur ce sujet ». Ce n’est que postérieurement à l’accord de principe trouvé par les Exécutifs des onze pays du futur Traité transpacifique (qui, aux Etats-Unis, doit encore donner lieu à un vote du Congrès suivant la procédure accélérée) qu’Hillary Clinton a affirmé n’être « pas favorable » à cet accord, regrettant (paraphrasant ainsi Bernie Sanders ou Donald Trump) que n’y soit pas intégrée la question de la « manipulation des devises ». Et Hillary Clinton de préciser modestement : « Je ne pense pas [que l’accord] atteigne le niveau auquel j’avais fixé la barre ».
Lors du premier débat démocrate, la question de la constance politique d’Hillary Clinton a été commenté de manière critique dans la mesure où Hillary Clinton a aligné sa position sur celle de Bernie Sanders, son concurrent le plus sérieux à la primaire, en remettant en cause la pertinence du traité transpacifique.

Notes

1) Steven Ekovich, professeur de sciences politiques à l’American University of Paris, fait en effet remarquer qu’ « Aujourd’hui, le principal intérêt américain se situe dans le pacifique, en Asie… La notion de « rebalancing » consiste à mettre plus de moyens, qu’ils soient économiques ou sécuritaires, derrière le pacifique ».

2) « … Il nous faut prendre conscience du potentiel inexploité du marché transatlantique. C’est autant un impératif stratégique qu’un impératif économique. (…) un accord qui ouvre les marchés et libéralise le commerce consoliderait notre compétitivité mondiale pour le siècle à venir, créant des emplois et générant des centaines de milliards de dollars pour nos économies » (discours à la Brookings Institution : ibid.)