La polémique sur l’obligation vaccinale renforcée

La polémique sur l’obligation vaccinale renforcée

 

 

Le 17 mai dernier, Agnès Buzyn, Professeur de Médecine et clinicienne hématologue de 54 ans, qui présidait jusqu’à lors la Haute Autorité de Santé (HAS), s’est vue confier le Ministère des solidarités et de la santé. Parmi les tâches lui incombant, renouer le dialogue avec les professionnels de santé, froissés par son prédécesseur, constitue une priorité. Elle hérite de deux dossiers à gérer en urgence : l’obligation du tiers payant pour les médecins généralistes, qu’elle abandonne, et le dossier de l’obligation vaccinale.

 

Statuer sur l’obligation vaccinale, une urgence absolue pour la nouvelle Ministre

Lorsqu’elle prend ses fonctions, le temps presse en matière de politique vaccinale. D’ici le 8 août 2017 – date buttoir -, la décision du Conseil d’Etat,  saisi par une association, l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle (IPSN), dans le cadre d’un Recours pour Excès de Pouvoir à l’encontre du Ministère de la Santé, doit rentrer en application. Cette décision oblige le Ministère de la Santé à rendre disponible sur tout le territoire et d’ici le 8 août 2017, un vaccin correspondant aux trois seules obligations vaccinales alors en vigueur en France, pour les enfants de moins de 18 mois.

 

Aux origines : un vaccin DTP disparu de longue date des pharmacies

Depuis plusieurs années, il est devenu presque impossible de se procurer le vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite, le DTP. Rendu introuvable dans les pharmacies, faute d’approvisionnement par les laboratoires, il est alors remplacé dans son usage par des vaccins dits pentavalents ou hexavalents. Ceux-ci contiennent, outre la vaccination antidiphtérique, antitétanique et antipoliomyélitique, deux ou trois autres vaccins non-obligatoires. La disparition du DTP au profit de ces vaccins sophistiqués est contestée par une part de la société civile, des associations de médecine naturelle, dont l’IPSN, et des médecins. D’abord exprimée par de multiples pétitions qui créent la polémique, la contestation aboutit finalement à la saisine du Conseil d’Etat par l’IPSN, pour obliger l’Etat à rendre disponible le DTP.

 

Le succès populaire de la pétition pro-DTP du Pr Henri Joyeux

Avant que la décision du Conseil d’Etat ne tombe en février 2017, obligeant à réapprovisionner toutes les officines en DTP d’ici le 8 août, le « feuilleton à rebondissement » a divisé l’opinion publique. Le Pr Henri Joyeux détracteur des vaccins penta et hexavalents, est un fervent partisan du retour du DTP, contenant les trois seuls vaccins obligatoires. Avec une pétition lancée en mai 2015, basée sur des arguments économiques (penta et hexavalents coûtent 7 fois plus chers) et sanitaires (système immunitaire du nouveau-né sur-sollicité par un cocktail de vaccins et danger potentiel des adjuvants), il réunit 1133110 signataires, réclamant le retour du DTP.

 

La radiation du Pr Joyeux par l’Ordre des Médecins

Cette pétition publiée sur le site de l’IPSN met le feu aux poudres, provoquant une large polémique qui ne s’éteindra qu’après la radiation du Professeur Joyeux par l’Ordre des Médecins, effective au 1er décembre 2016. Les laboratoires (GSK fabriquant le vaccin Infanrix Quinta® ou Sanofi-Pasteur MSD produisant le Pentavac®) expliquent la raréfaction du DTP par plusieurs facteurs : l’explosion de la demande mondiale de la valence coqueluche, un problème sur la chaine de production du vaccin contre la tuberculose… Ils essayent néanmoins d’honorer la demande, en mettant à disposition des usagers un formulaire de demande de kit DTP par exemple.

 

Remporter la course contre la montre ou jouer la montre ?

C’est dans un contexte de « course contre la montre » que la nouvelle Ministre prononce un discours le 5 juillet 2017 annonçant l’extension prochaine de la couverture vaccinale des nourrissons, rendant obligatoires 8 vaccins supplémentaires. Ainsi, Agnès Buzyn suspend et rend, de fait, caduque la décision du Conseil d’Etat. L’extension invoquée sera intégrée au Projet de Loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) présenté au Parlement à l’automne. Ce discours relance la polémique et oppose « partisans de la couverture vaccinale étendue des nourrissons » et « anti-extension ». De nouvelles pétitions sont lancées et les Médias se font l’écho de l’opposition, dans un schéma vite caricatural : « pro-vaccination » contre « anti ». Outre l’opinion publique, des médecins ou des « people » se prononcent « pour » ou « contre. » Le 11 octobre 2017, le PLFSS 2018 est présenté en Conseil des ministres. Il intègre l’extension de la couverture vaccinale obligatoire pour les nourrissons. Voté par le Parlement, le texte de loi définitif est publié au Journal officiel du 30 décembre 2017. En décembre 32017, à la veille de l’entrée en vigueur de la loi (janvier 2018), le Ministère de la Santé lance une grande campagne de communication, en s’appuyant notamment sur des youtubeurs pour contrer les réticences anti-vaccin existantes, avec des vidéos aux titres évocateurs comme : « 9 bullshits sur les vaccins ».

 

Janvier 2018, fake news et complotisme

Le 8 janvier, l’institut IFOP publie les résultats d’un sondage sur le complotisme, mené pour la Fondation Jean Jaurès et Conspiracy Watch. Il conclut que 79% des Français croient à au moins une théorie complotiste. Parmi ces théories (terre plate, « négationnisme » du 11 septembre…), les adeptes de la théorie du complot vaccinal se rangent en bonne place. L’étude souligne ainsi que 55% des personnes interrogées adhèrent à l’idée selon laquelle « Le ministère de la Santé est de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins ». Ce sondage, abondamment relayé par les médias, survient une semaine après qu’Emmanuel Macron ait annoncé la préparation d’une loi condamnant les « fake news ».En novembre 2017, lors d’une conférence de presse commune, les Pr Luc Montagnier, prix Nobel de Médecine, et Henri Joyeux appelaient le Ministère de la Santé la raison, quant aux 8 vaccins obligatoires supplémentaires. Cet Appel à la Raison, décrié dans la presse, a été contré par le Manifeste des 27 membres de l’Académie de médecine qui a réuni plus d’une centaine de signatures de leurs pairs. Pourtant, à fin janvier 2018, l’Appel à la Raison des Professeurs Joyeux et Montagniers aurait été signé par plus de 7000 professionnels de santé : médecins, infirmiers, pharmaciens. La guerre des vaccins divisant population et corps médical ne fait que commencer…

 

 

Muriel Grimaldi

 

Sources :

 

  • Article « La médecin Agnès Buzyn nommée ministre des solidarités et de la santé », Paul Benkimoun, Le Monde, 17 mai 2017.
  • Article Vaccin DT-Polio : pourquoi il ne faut pas signer la pétition du professeur Joyeux », Julie Boulier et Louise Cluny, L’Obs et Rue89, 24 mai 2015 et re-publié le 27 mai 2016.
  • Article « De Niro promet 100 000 dollars à qui prouvera que les vaccins sont sans danger », Lexpress.fr, 17 février 2017.
  • Pétition du Professeur Joyeux sur le site de l’association IPSN, mai 2015.
  • Interview du médecin-présentateur Michel Cymes dans l’émission « C à vous », France 5, 11 septembre 2017.
  • Interview de l’actrice Isabelle Adjani sur France Inter, le 3 septembre 2017
  • Article « Pourquoi les vaccins pour bébés sont-ils en rupture de stock ? », Anissa Boumediene, 20 Minutes, 19 mars 2015.
  • Article « Le Pr Joyeux radié de l’Ordre des médecins », Marielle Court, Lefigaro.fr, 10 juillet 2016.
  • Article « Abandon du tiers payant et obligation vaccinale, deux dossiers prioritaires sur le bureau d’Agnès Buzyn », François Béguin, Le Monde, 17 mai 2017.
  • Discours d’Agnès Buzyn relatif à la vaccination obligatoire, le 5 juillet 2017.
  • Décision du Conseil d’Etat n°397151, du 8 février 2017 – conseil-etat.fr.
  • Article « Vaccins obligatoires : La ministre de la Santé espère une mise en place début 2018 », Huffingtonpost.fr, 5 juillet 2017.
  • Communiqué de presse « Vaccination obligatoire », décision contentieuse, Conseil d’Etat, 8 février 2017 – conseil-etat.fr.
  • Article « La politique de vaccination obligatoire à l’épreuve du Conseil d’Etat », Timothée Vaccaro, Lepetitjuriste.fr, 17 mars 2017.
  • Article « Contre l’obligation vaccinale, comment les anti-vaccins s’organisent pour inquiéter les parents », Sandra Lorenzo, Huffingtonpost.fr, 13 juillet 2017.
  • Texte de la loi de financement de la sécurité sociale 2018.
  • Texte de loi n° 2017-1836 du 30 décembre 2017 de financement de la sécurité sociale pour 2018.
  • Vidéos Youtube : 9 bullshits sur les vaccins [MYTHOBUSTER].
  • Sondage IFOP du 8 janvier 2018 sur le complotisme.