L’ONG Greenpeace impliquée dans la guerre économique ?

L’ONG Greenpeace impliquée dans la guerre économique ?

Greenpeace est l’une des plus célèbres ONG de protection de l’environnement, avec près d’un demi-siècle d’existence et une présence dans une cinquantaine de pays. Elle jouit d’une aura qui semble inoxydable. Pourtant, l’organisation militante s’est fourvoyée à plusieurs reprises – l’affaire de la plateforme Brent Spar en est une illustration. D’autres fois, elle se montra étonnamment discrète, comme dans la catastrophe de la marée noire de Deepwater Horizon de British Petroleum – une entreprise contre laquelle Greenpeace est arrangeante.

Épars, ces faits peuvent décevoir par rapport aux attentes que nous pourrions avoir de défenseurs de l’environnement. Répétés, ils interrogent. Greenpeace est-elle vraiment ce qu’elle prétend être ?

Une grille de lecture orientée guerre économique l’infirme. La guerre cognitive qui en est le corollaire opère à deux niveaux : la cognition comme connaissance et par extension l’accès à celle-ci, et la cognition comme processus technique de construction de la réalité par le cerveau en fonction des données qu’il reçoit, traite et met en forme pour faire une analyse intelligible d’une situation. Ceci posé, Greenpeace doit être mise à l’épreuve des faits et des sources.

Une étude du fonctionnement de l’ONG proposée dans Greenpeace, une ONG à double-fond(s) met ainsi en lumière que son auto-présentation  « David contre Goliath » est usurpée, avec un budget annuel autour de 350 millions d’euros, deux directrices exécutives dont le salaire mensuel avoisine les 8 000 euros chacune, et deux tiers des dépenses de l’organisation attribués à d’autres fins qu’aux campagnes. Ou plutôt certaines campagnes : on s’étonnera par exemple de l’absence de budget attribué par Greenpeace USA pour la lutte contre les OGM dans ce pays.

Si l’ONG a un fonctionnement douteux, est-elle pour autant fiable dans ses campagnes ? Greenpeace, une ONG à double-fond(s) souligne que tel n’est pas le cas pour les trois guerres de l’information qu’il analyse. Ils portent sur des domaines stratégiques et des entreprises françaises qui le sont tout autant (Total pour le pétrole des sables bitumineux d’Alberta et le pétrole marin à proximité du récif de l’Amazone, EDF pour le nucléaire). Pour Total, Greenpeace pratique un ciblage à deux vitesses, laissant tranquilles les entreprises canadiennes, chinoises et américaines en Alberta, et les entreprises brésiliennes dans le bassin de l’Amazone.

Sur le fond, Greenpeace publie des chiffres et des faits alarmants. Mais ils sont soit faux, soit orientés et relèvent d’un marketing de la peur contraire à l’honnêteté intellectuelle et à l’information éclairée. En outre, les solutions que propose l’ONG s’avèrent parfois particulièrement dangereuses pour l’environnement et pour l’humain. Contre le nucléaire, son scénario de transition énergétique préconise ainsi la généralisation des voitures électriques (dont les besoins en cobalt et en lithium massacrent les écosystèmes et impactent les populations), les écrans LCD (faits avec le très polluant trifluorure d’azote et de l’indium, un matériau en raréfaction qui sert pourtant à faire les LED qui équipent le Rainbow Warrior III) ou encore l’éolien (au cœur de nombreux scandales et dont le néodyme requis pour ses aimants est un désastre écologique).

Sans candeur aucune, Greenpeace ment sciemment et pour des raisons douteuses. Sa guerre contre les sables bitumineux bénéficie de généreux dons de plusieurs centaines de milliers de dollars émanant de la branche canadienne de la Tides Foundation, connue pour être une ONG écran qui rebascule les fonds d’un mécène vers d’autres organisations. Ce sont en l’occurrence des fondations Rockefeller, passées au business de la transition énergétique, qui jouent un rôle déterminant dans la guerre au pétrole (un comble). Dans le bassin de l’Amazone, l’enjeu relève de la financiarisation des services écosystémiques mais aussi de l’accès aux minerais sous-marins, très prisés des constructeurs de micro-informatique (germanium, baryum, etc.). Il est donc logique que plusieurs sections de Greenpeace soient généreusement financées notamment par la Fondation Packard (des ordinateurs du même nom) au nom de la protection et de la privatisation des océans.

Le cas du nucléaire est le plus cynique. En Allemagne, Greenpeace dispose d’une branche business, Greenpeace Energy, sur laquelle Greenpeace France ne dit mot. L’une des filiales de cette branche, Planet Energy, est partenaire de grandes entreprises de l’éolien dont le plus grand Goliath mondial du secteur (le danois Vestas) et opératrice de plusieurs de ses parcs – et d’autres. La lutte de Greenpeace contre l’EPR d’Hinkley Point C d’EDF en Grande-Bretagne s’explique alors plus aisément, lorsqu’on connaît la proximité géographique des éoliennes offshore de la joint-venture Vestas-Mitsubishi. Si l’on n’avait pas encore compris le rôle de mercenaire et de désinformation joué par Greenpeace, on pourrait s’étonner d’un dernier fait : la plainte de Greenpeace Energy contre la Commission européenne pour son aide à l’EPR, aide qui « menace de fausser la concurrence dans l’UE », des arguments bien différents du prétexte écologique invoqué par l’ONG en France.

Retenons-en une chose : une définition précise de Greenpeace, loin de la complaisance et de l’indulgence qui lui tient lieu de passe-droit permanent. Greenpeace est une entreprise de mercenariat au service d’intérêts particuliers – les siens compris – qui instrumentalise et dessert la cause environnementale, contre l’intérêt général, et vise à affaiblir de grandes entreprises françaises dans un système qui repose sur la guerre économique.

Thibault  Kerlirzin