Evolution des antagonismes commerciaux en Afrique

Evolution des antagonismes commerciaux en Afrique

 

 

Il n’y a pas si longtemps, le message était clair : l’Afrique, en général, bénéficierait d’une croissance soutenue, sa population jeune garantirait un avenir radieux, la technologie lui permettrait de surmonter facilement les obstacles du développement, ses terres arables largement incultes nourriraient le monde de demain et une classe moyenne prospère était en cours d’installation.

Pour beaucoup, la croissance était si évidente que la nouvelle voie de l’Afrique, subsaharienne en particulier, ne pouvait plus être qualifiée de « développement » mais plutôt d ‘« émergence». Il semblait tout naturel que cette partie de l’Afrique attire inévitablement les investisseurs et l’émergence. Tant de gens avaient prédit qu’ils se réaliseraient; a new threshold in the global economy would be crossed and the last big market would be open for business. un nouveau seuil dans l’économie mondiale serait franchi et le dernier grand marché serait ouvert aux entreprises.

Compte tenu de l’évolution récente de l’économie mondiale, en particulier de la politique « America First » de l’administration Trump et du gouvernement Trump, il est utile d’évaluer comment les trois plus grands partenaires commerciaux de l’Afrique – la Chine, l’Union Européenne et les États-Unis – sont susceptibles d’avoir une incidence sur la région.

 

L’implantation chinoise par l’Initiative Ceintures et Routes

L’histoire de la Chine en Afrique est peut-être de plus en plus familière, mais sa complexité ne saurait être exagérée.  Alors que la croissance intérieure de la Chine commençait à s’accélérer à la fin du siècle dernier, la demande de ressources naturelles et la création d’emplois ont obligé la Chine à rechercher des marchés à l’étranger.  L’Afrique était un partenaire volontaire, en raison de son abondance de produits de base et de son besoin de développement d’infrastructures.

Selon le projet AidData, le rôle de la Chine sur le continent africain a été défini par le financement de plus de 3 000 projets d’infrastructure, en grande partie critiques.  La Chine a consenti plus de 86 milliards de dollars de prêts commerciaux aux gouvernements africains et à des entités appartenant à l’État entre 2000 et 2014, soit une moyenne d’environ 6 milliards de dollars par an.  En 2015, lors du sixième Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC), le Président Xi Jinping a promis 60 milliards de dollars de prêts commerciaux à la région, ce qui porterait les prêts à au moins 20 milliards de dollars par an si cette promesse était remplie.

En conséquence, selon Foresight Africa 2018 , la Chine est devenue le principal créancier de la région, représentant 14% du stock total de la dette de l’Afrique subsaharienne .  Au Kenya, par exemple, le volume des prêts chinois au gouvernement est six fois plus important que celui de la France, le deuxième créancier du pays.

Alors que le niveau d’investissement direct étranger (IDE) de la Chine est relativement faible, représentant un peu plus de 5% du total des entrées d’IED dans la région en 2015, le commerce bilatéral a été multiplié par 40 au cours des 20 dernières années et dépasse maintenant 200 milliards de dollars.  Plus récemment, l’investissement privé chinois s’est accru de manière concomitante avec un engagement continu, mais plus limité, de l’État.  Une étude menée en 2017 par McKinsey indique qu’il existe aujourd’hui plus de 10 000 entreprises sous contrôle chinois en Afrique, dont environ un tiers dans le secteur manufacturier.  L’universitaire français Tierry Pairault souligne notamment que la très grande majorité de ces entreprises sont des très petites entreprises. McKinsey rapporte également que les investissements chinois en Afrique contribuent de plus en plus à la création d’emplois, au développement des compétences et au transfert de nouvelles technologies, pratiques plus généralement associées aux normes commerciales occidentales.

Alors que la Chine s’emploie à mettre en œuvre l’Initiative Ceintures et Routes, le plus vaste programme de travaux publics jamais réalisé, la question des emprunts commerciaux de la Chine et de la dette contractée par la suite par les gouvernements africains va probablement augmenter en tant que préoccupation de politique publique. Il est possible de limiter les conséquences négatives de ces prêts: la Chine devrait envisager de passer à un modèle de financement mixte, reposant sur des sources de financement occidentales et chinoises, pour soutenir les projets d’infrastructure dont l’Afrique a tant besoin.  En outre, l’Afrique gagnerait à ce que la Chine ouvre plus activement ses offres à la concurrence internationale, au lieu de lier les prêts commerciaux à l’utilisation exclusive d’entreprises et de matériaux chinois dans des conditions souvent opaques.  Une plus grande partie des subventions, par opposition à une dépendance singulière sur des prêts commerciaux, même à des taux concessionnels, serait dans l’intérêt de l’Afrique.

 

L’Union européenne essaie d’exploiter les avantages historiques

Le lancement du partenariat stratégique Afrique-UE et le premier sommet jamais organisé entre les 27 membres de l’Union Européenne et les 54 pays africains en 2007 semblent s’être effondrés dans les relations entre les deux régions.  En effet, au cours de la dernière décennie, l’UE a travaillé avec beaucoup de succès à la transition vers un modèle de partenariat basé sur un commerce réciproque.  Le cinquième sommet UE-Afrique s’est tenu à Abidjan en 2017 dans un contexte dans lequel le commerce bilatéral dépasse 300 milliards de dollars.  En association avec le sommet, l’UE s’est engagée à mobiliser plus de 54 milliards de dollars d’investissements «durables» en Afrique d’ici 2020.

L’UE renforce sa position commerciale en Afrique par le biais d’un ensemble d’accords de libre-échange, ou accords de partenariat économique (APE), que Bruxelles négocie ou a conclus avec 40 pays africains d’Afrique subsaharienne. Les APE offrent aux entreprises européennes un accès préférentiel aux marchés de la région et libéraliseront environ 80% des importations sur 20 ans.  Les progrès dans la conclusion des APE ne sont pas sans défis.  Sans surprise, le Nigeria soutient qu’un APE sape ses stratégies d’industrialisation et que le Brexit compromet la capacité de l’UE à négocier en tant que marché commun.

Une stratégie commerciale globale de l’UE, associée à un secteur privé ayant des liens historiques avec les marchés locaux, ouvre la voie à la poursuite de la croissance et de l’influence des entreprises européennes sur le marché africain.  En outre, l’UE est bien placée pour partager les enseignements tirés de ses décennies d’expérience en matière d’intégration économique régionale.

 

Les Etats-Unis en quête d’une nouvelle stratégie commerciale

Depuis 2000, les relations commerciales américano-africaines sont fondées sur la loi de la croissance et les perspectives économiques en Afrique (AGOA), se sont fructifiées par un accord commercial non réciproque accordant à environ 40 pays un accès en franchise de droits pour environ 6 400 produits aux États-Unis.

L’AGOA a un héritage mixte, étant donné son objectif de développer les marchés d’exportation de l’Afrique plutôt que de nouer des partenariats bilatéraux en matière de commerce et d’investissement. L’AGOA a contribué à intégrer le commerce et les investissements dans le dialogue politique entre les États-Unis et l’Afrique et a conduit à la création de plus d’un million d’emplois , directement et indirectement, sur le continent.  Toutefois, seules environ 300 des gammes de produits disponibles sont utilisées et un nombre relativement restreint de pays – principalement l’Afrique du Sud, le Lesotho, le Kenya, Maurice et l’Éthiopie – ont profité de l’AGOA pour établir un volume important d’exportations hors pétrole vers les États-Unis. Parallèlement, la stratégie de libre-échange de l’UE et la montée en puissance de la Chine dans le commerce et les prêts commerciaux ont laissé les États-Unis dans le besoin d’une nouvelle stratégie commerciale.

En fait, l’engagement commercial des États-Unis en Afrique est en baisse. Au cours des cinq dernières années, les exportations américaines en Afrique subsaharienne ont atteint en moyenne 19 milliards de dollars.  Le commerce bilatéral est passé de 100 milliards de dollars en 2008 à 39 milliards de dollars en 2017, principalement en raison de l’autosuffisance énergétique des États-Unis.

En outre, les sommets jouent un rôle central dans l’établissement des priorités du gouvernement, notamment en ce qui concerne les objectifs en matière de commerce et d’investissement.  Alors que l’administration Obama a organisé le tout premier sommet avec les dirigeants africains en 2014, l’UE a tenu cinq sommets avec l’Afrique et la Chine est sur le point de tenir son septième dialogue avec les chefs d’État.

En effet, l’impact commercial américain en Afrique devrait être plus important qu’il ne l’est.  Avec un stock d’IED de 54 milliards de dollars, les États-Unis sont le plus gros investisseur sur le continent. On estime à 600 le nombre de sociétés américaines en Afrique du Sud et à d’autres sur le continent, y compris certaines des plus grandes sociétés américaines.  Le modèle commercial américain est le bienvenu sur tout le continent, étant donné la pratique générale des entreprises américaines d’engager et de promouvoir des entreprises locales, d’investir socialement et de rejeter la corruption, entre autres pratiques.

Il existe d’importants éléments constitutifs qui pourraient renforcer la présence commerciale des États-Unis dans la région. Car entre 2005 et 2017, la société américaine Millennium Challenge Corporation (MCC) a investi plus de 6,5 milliards de dollars dans 14 pays d’Afrique subsaharienne dans le cadre d’accords conclus ou en cours dans les secteurs de l’infrastructure, de la santé, de l’éducation et autres.  Ces pactes sont conçus pour stimuler les investissements dans des projets jugés trop risqués pour le secteur privé, promouvoir la croissance économique et renforcer l’intégration économique régionale en Afrique.  Il convient de noter que les investissements de la MCC sont des subventions mises en œuvre au moyen d’appels d’offres ouverts.  Un modèle d’appel d’offres concurrentiel est un élément essentiel de l’engagement de l’agence vis-à-vis des meilleures pratiques internationales, mais la recherche de moyens d’impliquer davantage les sociétés américaines devrait être une priorité pour le MCC.

L’initiative Power Africa de l’USAID, à de nombreux égards, est devenue le programme phare des États-Unis sur le continent.  Le programme répond à un besoin critique: environ 600 millions de personnes sur le continent ne disposent pas d’un approvisionnement fiable en électricité. Au cours des quatre dernières années, Power Africa a développé un modèle transactionnel, basé sur des partenariats publics et privés, qui a conduit à 80 projets évalués à plus de 14,5 milliards de dollars, qui sont maintenant en ligne, en construction ou qui ont atteint la clôture financière.  Plus d’un tiers de ces transactions concernent le secteur privé américain et plus de 10,6 millions d’entreprises et de foyers ont maintenant l’électricité grâce à cette initiative.

En mars 2018, le Congrès a présenté un projet qui créerait la Société américaine de financement du développement international (IDFC) en intégrant des parties de l’USAID dans la société américaine Overseas Private Investment Corporation (OPIC). La nature potentiellement transformatrice de cette législation réside dans le fait que l’IDFC aurait un plafond de crédit de 60 milliards de dollars, soit le double du montant que l’OPIC peut actuellement prêter, et pourrait investir jusqu’à 20% du capital total d’un projet.  Cela rendra les États-Unis plus compétitifs par rapport aux fonds garantis par l’État chinois, qui prennent souvent des positions similaires dans leurs projets.  Étant donné que l’Afrique représente la plus grande part du portefeuille d’investissement de l’OPIC (27%), soit 6,2 milliards de dollars, le projet d’IDFC devrait constituer un avantage important pour l’engagement commercial des États-Unis en Afrique.

Le défi pour l’administration Trump est d’élaborer une stratégie commerciale cohérente pour l’Afrique reposant sur l’AGOA et la réciprocité, et aussi en utilisant les programmes existants pour renforcer la présence commerciale des États-Unis sur le continent.  Compte tenu des prétendues remarques désobligeantes du président Trump sur les nations africaines et des tirs brusques du secrétaire d’État

Rex Tillerson lors d’une visite sur le continent, avait déclaré que «  l’administration n’a toujours pas démontré que l’Afrique est une priorité pour les États-Unis. Heureusement, investir en Afrique reste une priorité pour les États-Unis. »

 

Les lignes de tendance

La présence commerciale de la Chine sur le continent continuera de croître, soulignant la principale préoccupation selon laquelle le rôle important de la Chine dans la réduction du déficit en infrastructures de l’Afrique pourrait être compensé par sa contribution à un nouveau fardeau de la dette africaine, finalement insoutenable.  L’UE s’emploiera à mettre en œuvre ses relations commerciales, qui offriront aux entreprises européennes des avantages tarifaires concurrentiels.  À bien des égards, le Congrès américain dirige la politique des États-Unis à l’égard de l’Afrique avec ses nombreuses initiatives législatives extrêmement pertinentes.  Cependant, tant que l’exécutif n’aura pas assumé le leadership diplomatique et politique, le partenariat États-Unis-Afrique ne réalisera pas son potentiel considérable.

 

Abdeladim Abderrahmane