La guerre entre la Chine et les Etats-Unis sur les outils de paiement Grand Public

La guerre entre la Chine et les Etats-Unis sur les outils de paiement Grand Public

 

 

La dynamique américaine

 

Les milieux financiers américains ont été les premiers à prendre conscience de l’importance stratégique (et seulement commerciale) du développement des nouveaux moyens de paiement. Ils ont eu une approche très subtile du marché intérieur et extérieur e, évitant de devenir dépendant d’une technologie étrangère comme par exemple de la carte à puces d’origine française lorsqu’elle était fabriquée par la firme Gemplus avant qu’elle ne passe sous contrôle américain.

Les précurseurs d’American Express

En 1946,la firme American Express est la première à inventer le concept de carte de crédit. En 1958, elle met sur le marché une carte de crédit en carton (pour une durée courte de huit mois) puis par la suite commercialise une carte en plastique. En 1964, les premières cartes AMEX sont mises en circulation en France avec la carte American Express (modèle de base). Quelques années plus tard, sera commercialisée la carte American Express Gold en 1968 . En 1984, sera diffusée en France la carte Platinum En 2009, American Express adhère au système de sécurité Europay Mastercard Visa (puce électronique) et adopte alors la sécurité d’un numéro codé que les clients doivent faire pour leurs achats, comme cela était pratiqué par les titulaires des cartes Visa et des cartes Mastercard.

Graduellement à partir de 2011, les cartes American Express sont équipées d’une puce permettant la signature électronique grâce à un code PIN. À la fin de 2016, le nombre de détenteurs au niveau mondial est égal à environ 110 millions dont 47 étaient des résidents fiscaux aux États-Unis. La baisse des titulaires de cartes (environ 7 millions par rapport à 2015) est due notamment aux États-Unis à la fin de la coopération, en 2016, avec la société Costco, qui avait émis une carte de crédit et de services avec AMEX. Fin 2017, le nombre total de détenteurs de cartes AMEX est égal à 112, 8 millions répartis comme suit : 50 millions aux États-Unis et 62, 8 en dehors des États-Unis. En France, à la même date, le nombre de détenteurs des différentes cartes diffusées par American Express est d’environ 1, 2 million. Environ 44 % des titulaires de cartes AMEX résident aux États-Unis d’Amérique et environ 4 % au Canada. En 2015, le cabinet d’études économiques ValuePenguin évalue à 25 millions le nombre de commerçants acceptant la carte Amex dans le monde, dont 6 millions aux Etats-Unis.

 

 

L’invention de la carte Visa

En 1958, la Bank of America lance la Bank Americard en Californie.  En 1965, la Bank of America travaille avec d’autres banques en dehors de la Californie pour une extension de la carte. Au même moment, un consortium de banques localisées dans l’Illinois, et sur la côte Est créé une nouvelle association de cartes bancaires puis émet Master Charge (MasterCard). En 1970, ces consortium est à l’origine de la naissance de National BankAmericard Inc. (NBI), un consortium de banques émettant la BankAmericard. Ce consortium administre et développe le système de BankAmericard. La carte fut rebaptisée Visa en 1977 pour faciliter le déploiement de cette carte dans le monde. En 1983, la part de marché de Visa passe de à 60%. En Février 1987, Visa conclut un accord de 5 millions de dollars pour une part de 33 % dans le système de distributeurs automatiques de billets et devient le deuxième plus grand réseau d’automates bancaires aux États-Unis. Visa fournit à ses titulaires l’accès à près d’un tiers des 68 000 distributeurs automatiques de billets aux États-Unis1. En 2016, la part de marché de Visa a un peu baissé à 55 %. Il est à comparer avec le nombre de titulaires du réseau concurrent, Mastercard, soit environ 1,56 milliard de possesseurs et les titulaires de cartes Maestro et Cirrus, également gérées par Mastercard, qui sont environ 700 millions dans le monde. À la fin de 2017, le nombre total de titulaires de cartes Visa est d’environ 2,1 milliards, au niveau international

La conquête du marché européen

Le groupement Carte Bleue a été créé en 1967 par une union de banques, notamment le C.I.C., la B.N.P., la Société Générale, le Crédit Lyonnais , le Crédit Agricole. Il s’associe avec la société américaine Bank of America dont la division  » coûts  » deviendra Visa en 1976. En 1984, après une demande des autorités de régulation et du ministère des finances, les banques du Groupement Carte Bleue qui avait été créé en 1967, le Crédit Agricole et le Crédit Mutuel, fondent le Groupement des Cartes Bancaires « CB ». Visa Europe est créé en 2004 en tant que société autonome, détenue et contrôlée exclusivement par plus de 4000 banques membres européennes. En 2007, Visa Europe devient autonome de la société Visa Inc  avec une licence exclusive, irrévocable et perpétuelle. En 2010, Carte Bleue a été rachetée par Visa Europe afin de fusionner les deux activités pour donner naissance à l’association Visa Europe France.

Le 2 novembre 2015 Visa Inc. annonce le rachat de Visa Europe pour une somme avoisinant les 21,2 milliards d’euros. Cette vente reste encore incompréhensible car elle met le continent européen sous la dépendance directe des Etats-Unis en matière d’innovation des technologies de paiement bancaire.  En 2016, avec environ 43 millions de cartes, le groupe Europe Visa est le premier réseau de cartes de crédit et de débit en France. En 2017, les cartes VISA sont au nombre de plus de 44 millions. Ce chiffre est à comparer notamment avec le nombre total en France de titulaires de cartes American Express, qui est d’environ 1,1 millions, pour la même année.

 

La réalité chinoise

UnionPay est créé en 2002 par un regroupement de 175 banques et institutions chinoises. Le 30 novembre 2012, China UnionPay a officiellement lancé  UnionPay International Corporation Limited’ (UnionPay International) une filiale qui gère le développement de son activité à l’international En 2013, les cartes de paiement CUP sont acceptées, en dehors de la Chine, dans 141 pays dont l’Allemagne, les Etats unis, le canada  et le japon ainsi qu’en France (aéroports et hôtels ainsi que certains établissements renommés) . Elles sont notamment acceptées en France depuis avril 2006 par l’intermédiaire des réseaux du groupe Crédit agricole (en paiement et retrait), de la Caisse d’épargne (en retrait) et depuis juin 2008 du Groupe Banque populaire (en paiement) ainsi que le Crédit Mutuel. Les magasins Printemps permettent de payer avec cette carte.

L’offensive américaine en Chine

American Express, Visa et MasterCard ont longtemps essayé de pénétrer  en Chine mais se sont heurtés  à une autorisation préalable des autorités chinoises. Leur entrée en chine ne s’est fait que via des accords et avec l’utilisation du réseau d’UnionPay. En novembre 2018, après 10 ans de lobbying, la banque centrale et l’autorité de régulation bancaire ont publié les règles permettant  aux entreprises étrangères de s’implanter en Chine. Pour pouvoir offrir leurs services et ramasser des commissions au passage, les entreprises de compensation étrangères devront investir 1 milliard de yuans localement. Elles devront aussi se soumettre aux règles chinoises en matière de sécurité, ce qui suppose que leurs serveurs soient installés dans le pays. Toute demande de licence par de nouveaux acteurs sera traitée en 90 jours et, en cas de feu vert, la mise en service devra se faire dans un délai d’un an. Visa et MasterCard ont déjà indiqué leur intention de déposer une demande de licence. « Il s’agit d’une opportunité majeure sur le long terme », s’est félicité MasterCard.

 

L’ offensive chinoise à l’international

Union Pay a commencé son extension par les d’Asie. En 2017, le nombre de carte union Pay à l’extérieur de la Chine était estimé à 90 millions de cartes dont la majorité se concentre Au Laos, en Mongolie ,au Myanmar et  au Pakistan. En novembre 2016, Le groupe français Louvre Hôtels (Campanile, Kyriad, Première Classe…) a officialisé mardi 22 novembre un accord inédit avec le géant bancaire chinois Union Pay. L’accord permet aux utilisateurs de ces cartes bancaires chinoises de pouvoir payer directement dans les 850 établissements présents en France. Ces cartes de paiement n’étaient quasiment jamais acceptées dans l’hexagone, hormis dans les aéroports et certains hôtels de luxe En 2018 , China Unipay a signé des contrats de partenariat avec des établissements financiers en Portugal, en Grande Bretagne et une quarantaine de pays en Europe afin d’étendre son réseau sur le territoire du vieux continent.

Union Pay prévoit de concevoir des cartes digitales prépayées pour ses abonnés se trouvant en Europe. En 2017, la quasi-totalité des terminaux aux Etats-Unis acceptaient les retraits cash par les cartes Union Pay et on pouvait l’utiliser chez 80% des commerçants  . Cette croissance rapide est due au nombre sans cesse croissant de touristes chinois sur le sol américain (plus de 3 millions par an) et au nombre d’étudiants chinois présents sur le territoire nord-américain.  Les commerçants et établissements américains par souci commercial acceptent les cartes Union Pay. Comme bonus, les détenteurs de carte Union Pay peuvent même bénéficier de privilèges comme l’accès gratuit à certains musées a New York et Chicago ou des discounts dans des chaînes de supermarchés.

 

Il apparaît que, bien qu’étant plus jeune en âge, China Union Pay est en train de prendre le dessus sur les moyens de paiement grand public par le nombre et le réseau car étant ancré sur une base solide en Chine, avant de passer à la conquête des marchés extérieurs, en particulier dans le monde occidental. Néanmoins, les groupes occidentaux American Express, Visa et Mastercard cherchent à profiter de l’ouverture du marché chinois pour lancer de nouvelles offensives en partant de l’intérieur de la Chine. Ce dossier est un cadre de démonstration très didactique pour étudier la manière dont les deux pays vont faire évoluer leur  relations commerciales. Toujours est-il que les confrontations ne sont pas prêtes de s’atténuer et prendront de nouvelles formes avec l’avènement des portefeuilles électroniques : Alipay (Chine), Wepay (Chine), Apple Pay(Etats-Unis), Google Pay (Etats-Unis), Amazon Pay (Etats-Unis), paypal (Etats-Unis).

 

Ousmane Ndyae