L’Intelligence Artificielle ou comment promettre des choses qui n’existeront jamais !

L’Intelligence Artificielle ou comment promettre des choses qui n’existeront jamais !

 

L’Intelligence Artificielle est devenue un élément omniprésent de notre société. Depuis, les années 60, les avancées technologiques informatiques ont permis d’augmenter la puissance de calcul des ordinateurs qui permet désormais de rivaliser avec la performance du raisonnement humain, voire de le surpasser comme en témoigne, en mai 2017, la défaite du meilleur joueur du monde de jeu de Go, Ke Jie, face à Alphago, la machine développée par Google. Il faut comprendre que l’Intelligence Artificielle n’est plus une option, elle fait partie de notre quotidien et chaque jour qui passe augmente notre dépendance vis-à-vis d’elle. Le développement de l’internet des objets produit un nombre considérable de données exploitables par les machines. Mais ne nous méprisons pas, même si l’intelligence artificielle est capable d’accomplir de véritables exploits, la machine ne se limite qu’à des réponses réflexes et conditionnées, dans des domaines très pointus, mais ne possède pas de véritable méthode d’intelligence générale, propre à l’Homme.

 

Les peurs,

La préoccupation de voir l’Intelligence Artificielle égaler l’humain et le dominer par la suite, ne date pas d’aujourd’hui, mais les prises de positions de Stephen Hawking ont soulevé des questions éthiques et sociales : « Je pense que le développement d’une intelligence artificielle complète pourrait mettre fin à l’humanité. Une fois que les hommes l’auraient développée, celle-ci décollerait seule et se redéfinirait de plus en plus vite. Les humains, limités par une lente évolution biologique, ne pourraient pas rivaliser et seraient dépassés. » (Interview de Stephen Hawking en 2014 à la BBC). L’apocalypse de voir la machine capable de s’émanciper par elle-même est prégnant, que ce soit avec des robots tueurs, la voiture autonome, la reconnaissance faciale et vocale, … Le cinéma au travers de nombreuses sagas de sciences fictions entretient également ce phénomène de la domination du monde par les robots.

 

Les promesses,

Grâce à sa capacité de collecte et d’analyse de données, l’Intelligence Artificielle offre de phénoménales perspectives qui permettront à l’Homme de vivre mieux et plus longtemps. Les plus optimistes y voient même l’opportunité de prolonger la vie quasi indéfiniment, d’accroître les capacités cognitives et de se débarrasser de toutes les tâches rébarbatives du quotidien, sans parler des futures interfaces cerveau-ordinateur promis par Elon Musk, pour acquérir instantanément de nouvelles connaissances sans entraînement.

Dans le domaine de la médecine, les machines seront capables de détecter des maladies incurables bien avant l’apparition des premiers symptômes décelables par les meilleurs médecins. L’informatisation du milieu de travail garantira l’amélioration de la productivité, la réduction des erreurs et une moindre pénibilité dans l’exercice d’opérations répétitives. La révolution des moyens de transport avec la voiture autonome apportera une plus grande sécurité aux conducteurs, aux autres usagers de la route et aux piétons ; la voiture sera capable de déceler avant le conducteur le moindre mouvement de son environnement pour anticiper le comportement des autres afin d’adapter la trajectoire et la vitesse du véhicule.

Dans le domaine militaire, les capacités ayant recours à l’Intelligence Artificielle surclasseront inévitablement les armes traditionnelles pour donner à leur détenteur un avantage stratégique comparable à l’arme nucléaire en termes de dissuasion.

 

et les Réalités de l’Intelligence Artificielle …

Mais où en sommes-nous ? Que nous réserve réellement l’Intelligence Artificielle ? L’Intelligence Artificielle actuelle est plutôt une discipline de génie de l’informatique qui utilisent des algorithmes pour résoudre des problèmes de plus en plus complexes donnant l’impression d’être intelligent. La collecte et l’analyse de masses de données considérables permettent aux machines d’anticiper sur nos besoins, de nous proposer des solutions, de nous remplacer dans des actions répétitives, de détecter des signaux faibles de maladies. C’est un véritable multiplicateur d’efficacité que nous pouvons comparer aux précédentes révolutions industrielles … Chacun d’entre nous peut profiter des innovations technologiques pour améliorer son confort et son bien-être. Mais à quel coût énergétique ? A l’heure actuelle, la consommation électrique et la production énergétique des supercalculateurs préoccupe les opérateurs à tel point que ces derniers réfléchissent à construire un véritable écosystème autour de data centers de nouvelle génération. Et notre liberté ? Que faire face à l’utilisation massive de nos données personnelles à des fins plus ou moins bienveillantes ? Notre vie privée n’a plus de secret pour les grandes entreprises utilisant l’Intelligence Artificielle.

 

Parlons plutôt d’Intelligence Augmentée

A ce jour, l’Intelligence Artificielle reste un outil dénué de sensibilité qui ne fait que reproduire ce pour quoi un être humain l’a programmé. Même si les techniques d’apprentissage automatique (Machine Learning) commencent à faire leur preuve, elles restent cantonnées à des tâches bien spécifiques. Les machines cherchent à imiter l’intelligence humaine, en fonctionnant plus vite et dans plusieurs domaines en même temps pour fournir tout une gamme de possibilités d’aide à la décision. L’analyse de systèmes complexes offre des opportunités sans précédent pour comprendre les répercussions de décisions particulières, entre les écosystèmes concernés. Les modélisations et les simulations mettent en évidence l’émergence de phénomènes non abordables par la seule intelligence humaine. Mais, à la fin, le choix reste entre les mains des humains. C’est pour cela qu’il faut plutôt parler d’intelligence augmentée, comme la symbiose de l’intelligence humaine, de l’intelligence collective et de l’intelligence artificielle, et là, le potentiel devient infini.

 

Et demain ?

L’Intelligence Artificielle actuelle est dite faible ; elle ne fait que répéter ce que nous lui avons appris à faire. L’intelligence forte n’existe pas encore, ce sera peut-être un jour celle qui sera dotée d’une conscience, mais elle restera sous contrôle de l’Homme. Le risque réside plutôt dans l’usage que l’on voudra en faire, ou plutôt ce que certaines personnes malveillantes voudront en faire. La source d’inquiétude vient aussi, de la perte de repère face aux changements que l’Intelligence Artificielle va provoquer. Le spectre des métiers de demain, ne ressemblera en rien à ceux d’aujourd’hui et nous devons nous adapter à ce changement de paradigme pour pouvoir continuer à maîtriser la machine.

La menace sur l’emploi de cette mutation ne doit pas nous paralyser ; certes de nombreux emplois vont disparaître, mais de nouveaux vont voir le jour. Les travailleurs devront modifier leurs compétences. Ainsi, il ne faut pas non plus sous-estimer l’impact social des effets de l’intelligence artificielle ; l’emploi et l’éducation sont au cœur de la révolution sociale. Quelle réorientation professionnelle engager ? Quelles études suivre ? Quel plan de carrière pour nos enfants ? Autant de questions à se poser collectivement pour éviter la domination technologique. Dans cette course à l’acquisition de toujours plus de données, une régulation par le pouvoir publique est toujours possible ; il faut d’abord bien comprendre les risques pour mettre en place un système qui sera revu au fur et à mesure des avancées technologiques. Le tout est de trouver le bon équilibre pour éviter les dérives sans bloquer l’innovation.

Une solution intéressante viendrait de l’autorégulation dans un vaste mouvement humain général ; à nous de nous adapter pour rester maître de notre destin. La peur ne doit pas nous masquer de la réalité. L’information est partout et est source de pouvoir ; l’ambition politique des grands groupes spécialisés dans l’Intelligence Artificielle est sans nul doute de mettre fin à la souveraineté des Etats. Finalement, la balle est dans notre camp, ne nous enfermons pas dans les évolutions technologiques ; profitons du bien être apporté par l’Intelligence Artificielle dans notre quotidien pour recréer du lien et échanger de nouveau, ne nous laissons pas devenir idiot face à l’intelligence des machines, comme dans le film de Mike Judge, « Idiocracy ».

 

Olivier Pichot