Polémiques à propos de la générosité de la fondation Bill Gates

Polémiques à propos de la générosité de la fondation Bill Gates

 

La Fondation Bill et Melinda Gates[i] (BMGF) est une organisation non gouvernementale fondée en 2000 par Melinda et Bill Gates, basée à Seattle aux Etats-Unis. Elle emploie 1 541 personnes en 2017 et a reçu en 2017 une dotation de 50,7 milliards de dollars. Elle est considérée comme la plus grande fondation caritative privée du monde. Elle est organisée autour de quatre programmes : santé au niveau mondial, développement international, programme d’accès à l’éducation et aux technologies de l’information aux Etats-Unis et programme de relation stratégique pour la promotion des enjeux de la planète. Elle subventionne des projets dans plus de cent pays et dans ces quatre programmes privilégiant la collaboration, l’innovation, la prise de risque et surtout les résultats. Elle est dirigée par trois administrateurs : Melinda Gates, Bill Gates et Warren Buffett et une directrice générale Susan Desmond-Hellmannn.

 

Une Fondation qui a les moyens de ses ambitions

Au début de chaque année, Bill Gates présente dans sa lettre annuelle[ii] sa vision d’un monde meilleur sur le site de la Fondation et le rôle que Bill et Melinda Gates peuvent jouer par le biais de leur ONG (1).  La Fondation Gates finance principalement dans le domaine de la santé des programmes de recherche sur la polio, de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. De plus en 1999, elle contribue à la création du GAVI, l’Alliance du vaccin pour l’accès à la vaccination dans les pays pauvres.Dans le domaine du développement,  la Fondation a créé en octobre 2000 les bourses Gates Cambridge pour permettre aux étudiants du monde entier d’étudier à l’université de Cambridge au Royaume-Uni. En matière de développement agricole, elle a financé à la fin des années 2000 l’Institut international de recherche sur le riz et s’est aussi s’associé à la Fondation Rockfeller pour financer l’Alliance pour la révolution verte en Afrique (AGRA). A partir de mi-2005, elle lance le programme WASH pour l’eau, l’assainissement et l’hygiène. En 2009, le programme WASH se recentre sur les services d’assainissement durables sans canalisations. Depuis environ 2011, la fondation finance différents programmes sur l’assainissement en particulier en Inde suivant ainsi les recommandations[iii] de l’UNICEF et de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). La Fondation a lancé aussi en 2011 un nouveau programme pour développer les innovations dans la conception de toilettes intitulé « Reinvent the Toilet Challenge »[iv] visant à développer des toilettes hygiéniques et autonomes. De nombreux autres exemples existent comme par exemple en 2014 ; la Fondation verse un don aux agences des Nations Unies pour lutter contre l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest.

Dans le domaine de l’éducation, son programme aux Etats-Unis vise dès 1997 de permettre aux bibliothèques d’accéder à internet. Plus récemment, la Fondation a aidé les bibliothèques de la Louisiane et du Mississippi après les dommages des ouragans Katrina et Rita. Celle-ci a été en 2011 le premier soutien de la Common Core State Standards Initiative.  En octobre 2017, elle annonce qu’elle va financer sur cinq ans des initiatives d’éducation publique afin de réduire la pauvreté en augmentant le nombre de diplômés dans les collèges aux Etats-Unis. Dans le domaine de la promotion des enjeux de la planète, la fondation participe aux travaux de recherche pour lutter contre le tabagisme et élaborer des politiques efficaces. La Fondation participe aussi aux travaux de recherche visant à élaborer de nouvelles idées politiques de financement en organisant des réunions pour présenter et appuyer ces idées et soutenir le lancement d’innovations. La Fondation Gates est sans doute l’acteur le plus influent sur les questions de santé mondiale et d’agriculture et en matière de santé elle finance des projets plus que tout autre gouvernement.

 

La Fondation Gates, une machine pour changer le monde

Mais des critiques remettent en cause le bilan de la Fondation Gates en matière sanitaire pour son opacité et ses faiblesses. Avant le forum de Davos du 20 janvier 2016, Global Justice Now[v] publiait dans un rapport le manque de responsabilité de la Fondation Gates et son étroite coopération avec les multinationales, son soutien à des systèmes de santé et d’éducation privés et sa défense des plantes génétiquement modifiées. Mais déjà en 2007, le Los Angeles Times[vi] accusait la Fondation d’investir dans des entreprises comme Eni, Shell et ExxonMobil, mais aussi Wal-Mart, Coca-Cola, Pfizer, BAE Systems car seuls les intérêts et les dividendes de la fondation sont dépensés pour financer ses actions. Mais les activités de ces sociétés sont contraires aux missions affiches par la Fondation.

Dans le Washington Post de juin 2014, les critiques visent les politiques d’éducation dans la mesure ou l’utilisation de la technologie dans l’éducation pourrait bénéficier financièrement à Microsoft. Et dans un autre article d’avril 2014, les critiques remettent en cause les réformes de l’éducation soutenues par la Fondation mais ces dernière sont non testées et non étayées. Le soutien de la Fondation Gates aux OGM (Organisme Génétiquement Modifié) a fait l’objet de critiques. Une partie de ces programmes mis en œuvre par l’AGRA vise à fournir des semences génétiquement modifiées. La Fondation est aussi critiquée pour son soutien aux essais de lâcher de moustiques génétiquement modifiés en coopération avec la société Oxitec.

De plus, l’ONG GRAIN[vii] dans sa publication du 12 novembre 2014, a mis en évidence que la Fondation Gates dans sa lutte contre la faim au Sud donnait une grande parties des fonds à des ONG basées aux Etats-Unis. Et aussi que les subventions vont aux scientifiques pour financer des programmes menés par des centres de recherche et non par des organisations d’agriculteurs. Dans le domaine de la santé, à titre d’exemple, en octobre 2014, la Fondation Gates se retrouve face à un procès mené par la Cour suprême indienne suite au décès de sept adolescentes après l’administration du vaccin papillomavirus humain[viii] qui était fabriqué par le groupe pharmaceutique GlaxoSmithKline.

Il est aussi reproché à la Fondation Gates le financement des études de vaccination avec des produits non testés. Les critiques convergent et suggèrent que l’approche de la Fondation Gates en matière de santé et d’agriculture favoriserait les intérêts des entreprises pharmaceutiques et agroalimentaires dans lesquelles elle investit au détriment des intérêts des populations des pays en développement. De plus, en 2015 et pour la première fois, des informations sont publiées faisant apparaître l’absence de politique globale en matière de conflits d’intérêts à l’OMS concernant le détachement de personnel de fondations philanthropiques dont la Fondation Gates.

 

La générosité de la Fondation Gates, une force pour le bien

 Aujourd’hui, plusieurs enquêtes démontrent comment certains projets financés par la Fondation Gates ont des effets négatifs pour l’environnement, la santé et la justice sociale. Une enquête est publiée en juin 2019 par Lionel Astruc[ix] dans « l’Art de la fausse générosité : La Fondation Bill et Melinda Gates ». De plus dans son rapport, global Justice Now précise que si la Fondation Gates est devenue un acteur des plus influents du monde en matière de politique agricole et de santé, il n’y a pas de contrôle ou de responsabilité dans la gestion de son influence. On prendra pour exemple, les critiques concernant les investissements de la Fondation Gates dans le groupe GEO, la deuxième plus grande société pénitentiaire privée aux Etats-Unis qui gère les détentions de migrants notamment. Critiques face auxquelles la Fondation Gates a reconnu son investissement sans préciser un changement dans sa gestion financière.

Les différents exemples montrent une absence de règles de conduite et de fonctionnement dans les prises de décision au sein de la fondation Gates. La personnalité de Bill Gates était l’archétype de la success story entrepreneuriale au travers du succès économique de la société d’informatique Microsoft, et il est devenu après plusieurs années une icône de la philanthropie. Mais déjà à l’époque, la position dominante de Microsoft finissait par être considérée comme illégale aux Etats-Unis. Il semble que les administrateurs de la Fondations Gates n’ont pas encore pris conscience de l’importance des critiques qui leur sont faites en particulier en termes de gouvernance et d’éthique. La générosité de la Fondation Gates influence les gouvernements, les universitaires et les médias et les critiques sont trop peu nombreuses à s’exprimer de manière indépendante et constructive en raison du financement et du mécénat de cette dernière.

Christophe Mazars

Notes

  1. Les différentes actions de la Fondation sont en libre accès sur son site web et les publications sont partagées en accès ouvert sur des plateformes comme Wellcome Trust à partir de 2016 et aussi F1000 Research.Les subventions versées depuis 2009 par la Fondation sont publiées sur le site de l’Initiative internationale pour la transparence de l’aide (IITA) dont la Fondation est membre depuis octobre 2013.