La guerre de l’information prolongée contre la corrida

La guerre de l’information prolongée contre la corrida

 

 

La présence du ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, et du ministre de la Ville, Jacqueline Gourault, à une corrida à Bayonne, le 14 août dernier, a suscité l’indignation des militants de la cause animale et relancé le débat sur le maintien de la tauromachie, tant en France qu’en Espagne et au Portugal, et sur l’impact économique de son abolition.Une photo des deux ministres prise dans les arènes par un journaliste de Sud Ouest a en effet été rapidement reprise et partagée sur les réseaux sociaux notamment par des associations antitaurines, des personnalités politiques et de nombreux internautes alimentant par ricochets une bataille juridique et une guerre de l’information qui durent depuis des années déjà.L’objet de cet article n’est pas de se positionner sur le fond éthique voire idéologique ou sur la légitimité d’un combat mené par les différents camps, mais d’apporter des éléments de compréhension et de décryptage sur les stratégies employées.

 

La tauromachie, en plus d’un art, une économie

La corrida (1) est une forme de course de taureaux consistant en un combat entre un homme et un taureau, à l’issue duquel le taureau est mis à mort ou, exceptionnellement, gracié. Elle est pratiquée essentiellement en Espagne, au Portugal, dans le Sud et le Sud-Ouest de la France ainsi que dans certains pays d’Amérique latine (Mexique, Pérou, Colombie, Venezuela, Équateur et Bolivie).Il s’agit un spectacle tauromachique se déroulant dans des arènes et issu d’une longue tradition puisque sa forme actuelle, où la mise à mort est effectuée par le matador, à pied et armé de sa seule épée, remonte à la première moitié du XVIIIème siècle.Considérée par les aficionados (2) et nombre de ses historiens comme un art, la corrida a inspiré de nombreux artistes aussi bien en peinture, qu’en littérature, en musique et au cinéma. Cependant, dans un contexte où l’opposition à la corrida ne cesse de gagner du terrain, nombre de ses opposants l’assimilent à de la torture proposée en spectacle et réclament son interdiction.

Les autorisations et interdictions de la corrida ont été fluctuantes au cours de l’histoire. En France, alternativement interdite et autorisée par les lois, elle est depuis 1951 légalement autorisée sur les parties du territoire où elle constitue une tradition ininterrompue, principalement le midi de la France. En Espagne, la corrida a été interdite en 2010 en Catalogne, mais elle est déclarée « Bien d’intérêt culturel » le 12 février 2013 par le Parlement espagnol. Enfin, outre l’héritage culturel et la création artistique, une économie s’est forgée autour de la corrida : élevage de taureaux de combats et de chevaux de picadors (3), écoles taurines, artisanat, production de spectacles, etc. Toutefois, le marché taurin se caractérise d’abord par une forte instabilité et une grande précarité (4).

 

Le point de vue juridique

La corrida est au cœur d’un paradoxe juridique qui joue en faveur des défenseurs de la corrida. En effet, la loi française réprime la cruauté envers les animaux, mais elle autorise les corridas lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. La corrida est majoritairement interdite sur le territoire français, selon l’article 521–1 du code pénal, qui réprime les actes de cruauté contre les animaux, sauf lorsqu’une tradition ininterrompue est invoquée, selon l’alinéa 7. En effet, l’article n’est « pas applicable(s) aux courses de taureaux lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. » Ce qui est le cas pour dix départements du Sud et Sud-Ouest de la France. Juridiquement l’animal est un bien, la distinction se faisant selon un critère d’appropriation : les biens avec maître (animaux domestiques) et les biens sans maître (animaux sauvages).

L’article L. 214-1 du Code Rural stipule que « Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce ». Les défenseurs de la corrida mettent en avant le fait que les taureaux de combat demeurent des animaux sauvages naturellement constitués pour mourir au combat. L’optimisme des opposants ne se portant pas au niveau de la loi, malgré la poursuite d’un combat sur le plan juridique, leurs efforts sont portés sur des attaques informationnelles et des actions visant à terme à impacter la société, sans pour autant négliger les actions de lobbying.

 

Une guerre menée entre les opposants et les défenseurs de la corrida

Depuis la fin du XXème siècle, un mouvement d’opposition à la tauromachie ne cesse de se développer pour dénoncer la « cruauté » et l’« atrocité » du spectacle en particulier lors de la pique et de la mise à mort du taureau. Les attaquants contre cette pratique jugée comme « barbare » utilisent plusieurs leviers à l’instar de ce qui est fait pour lutter contre la maltraitance animale dans le cadre de l’élevage intensif et de l’abattage ou pour la défense du climat. L’économie de la corrida et du spectacle taurin étant en grande difficulté, notamment en raison d’un désintérêt grandissant, un effort est réalisé pour susciter un intérêt auprès d’une jeune population en particulier lors des fêtes estivales qui ont cours notamment à Bayonne, Dax, Mont de Marsan, etc. Les défenseurs s’appuient sur un héritage culturel séculier (patrimoine culturel) véhiculant de « nobles » valeurs (bravoure, courage, respect, etc.) et un art du spectacle. En outre, la diminution des budgets alloués par les municipalités aux spectacles taurins a pour conséquences un prix élevé des places de corrida, une baisse de la qualité des taureaux et la difficulté à faire venir des stars de la tauromachie, ce qui n’encourage pas à remplir les arènes.

Les opposants à la corrida, tels que le Comité radicalement anti-corrida (CRAC) et la Fondation Brigitte Bardot, multiplient les actions de communication en s’appuyant sur les réseaux sociaux et sur les médias qui relaient l’information. Ils organisent également des manifestations perturbant le bon déroulement des spectacles et dont la mise en scène élaborée a pour but de provoquer un « électrochoc ». Le trouble à l’ordre public devient également un argument pour obtenir l’interdiction des corridas. Enfin, certains préconisent l’interdiction des mineurs aux arènes sous prétexte que la mort est vue en vrai et qu’elle est susceptible de les traumatiser. La profession taurine tente désormais de s’organiser en s’appuyant notamment sur le lobbying par la participation au « Comité Noé » (5). Celui-ci fut créé en 2017 à l’initiative de la Fédération Nationale des Chasseurs et de Pronatura (association dont fait partie la Fédération des Sociétés Taurines de France), afin de promouvoir « des relations équilibrées avec la nature et les animaux » et faire face aux différentes organisations militant pour la défense des animaux.

Sur le plan de la rhétorique, les défenseurs de la corrida défendent le fait que la corrida « appartient à une économie de la culture plutôt qu’à celle des loisirs » ou encore que « la raison d’être de la corrida procède d’un phénomène de civilisation qui mérite d’être défendu » (6). Les aficionados tentent par ailleurs de montrer qu’à défaut d’être géographiquement universelle, la corrida l’est culturellement. Ils souhaitent ainsi gommer l’aspect « fête de village » et le remplacer par un discours sur l’homme et l’animal, la culture et la nature. Ces mêmes aficionados s’appuient notamment sur les écrits du philosophe Francis Wolff, auteur de « Cinquante raisons de défendre la corrida ». Ce dernier affirme notamment que « n’importe quoi peut traumatiser un enfant. En particulier la violence muette, aveugle et absurde à laquelle on ne peut donner ni sens ni raison ». Mais les détracteurs de la corrida répondent que la défense « philosophique » de la corrida n’est en réalité qu’un vernis dont le but est de donner une apparence de légitimité à une pratique qu’ils jugent injustifiable.

 

Conclusion

Pour l’heure, le droit, la défense des traditions territoriales et d’un partage communautaire jouent plus en faveur des défenseurs de la corrida. Toutefois, la baisse de fréquentation des arènes, la réduction des budgets alloués par les municipalités aux spectacles taurins et les attaques répétées des défenseurs de la cause animale sur les réseaux sociaux et à travers des manifestations locales pourraient venir à bout de la tauromachie. En outre, ces actions d’opposition concentrées sur la corrida s’inscrivent dans un mouvement plus large de défense de la cause animale dans le but notamment d’attribuer une personnalité juridique à l’animal qui serait, selon ses défenseur, doté d’une conscience en plus d’être des « êtres sensibles ». C’est d’ailleurs le cas de l’association L214 Éthique & Animaux (7) qui souhaite que notre société en arrive à reconnaître que les animaux ne soient pas des biens à notre disposition et utilisés comme tels, mais des habitants de notre planète dont leurs intérêts méritent considération. Cette association tirant son nom de l’article L214 du code rural selon lequel « Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce » fait ainsi écho au problème posé par les défenseurs et les opposants à la corrida.Nous observons alors une radicalisation de la lutte contre la corrida obligeant ses défenseurs à se structurer davantage et à développer de nouveaux moyens d’action (guerre cognitive, lobbying, etc.).

 

Frédéric Frachon

 

 

 

 

(1) En espagnol « corrida de toros » signifiant course de taureaux.

(2) Aficionado est un hispanisme signifiant « amateur de », qui désigne une personne passionnée d’une discipline telle que la corrida.

(3) Le Picador est un torero à cheval dont le rôle consiste à piquer le taureau à l’aide d’une pique de 2,60 mètres de long environ, dans le but d’affaiblir le taureau et de modifier son port de tête en endommageant les ligaments du cou.

(4) Pour plus d’informations, lire « Économie et gestion de la corrida » de Pierre Traimond, Éditions Gascogne, 2011.

(5) Le créateur de ce comité est d’ailleurs Thierry Coste, dirigeant de la société Lobbying et Stratégies.

(6) Voir « Économie et gestion de la corrida » de Pierre Traimond, Éditions Gascogne, 2011.

(7) Association participant également à des actions visant à dénoncer la corrida.