Les jeux d’influence sur la Moldavie

Les jeux d’influence sur la Moldavie

 

Le premier à parler du peuple Dac (peuple situé de chaque côté du Danube) est Hérodote (*) au cours du V siècle avant Jésus Christ, dans le contexte d’un conflit entre Persan et Chiite. Il disait : « C’est un peuple des plus nombreux au monde, après l’Inde. Il serait inestimable et beaucoup plus puissant que toutes les nations, mais à mon avis c’est impossible. C’est pourquoi ils sont faibles ». Envahi par l’Empire romain, qui y laisse le latin et le christianisme, la Moldavie a subi plusieurs invasions durables, notamment ottomane, austro-hongroise puis russe. En 1924, L’URSS fonde en Ukraine une région socialiste soviétique autonome moldave (la Transnitrie). En 1945, par l’erreur du choix de la Roumanie en faveur de l’alliance avec l’Allemagne nazie, la partie à l’ouest du Dniestr est rétrocédée à la Russie à la fin de la seconde guerre mondiale. En 1989, La Moldavie quitte l’Union soviétique. C’est alors qu’à l’est du Pays, la région de Transnitrie proclamera son indépendance étatique, pour rester sous la protection de la Russie. La guerre civile entre la « Moldavie de l’Est : La Transnitrie » et la « Moldavie de L’Ouest » dure deux années. En 1994, la Moldavie est le dernier Etat à signer la Charte de la CEI. En 1995, la Moldavie est le premier État de la CEI à adhérer au conseil de l’Europe. La Moldavie petit pays sans richesse se trouve au milieu d’une logique d’affrontement est-ouest.

 

La main de la Russie

La Russie n’est jamais réellement partie dans le cœur d’une certaine tranche de la population, d’avantage situé en zone rurale. Âgés de + 50 /60 ans, ils rêvent de l’ancien système, peut-être par la peur du changement. Plus des deux tiers pensent que Vladimir Poutine est le seul à pouvoir les aider à réaliser leurs ambitions. Et leurs ambitions sont peut-être simplement de pouvoir se nourrir, se loger et de vivre en paix. Du temps des kolkhozes, les campagnes fournissaient du travail à chacun, la laboure, les semences ou le ramassage étaient réalisés à la main. Tout le monde devait et pouvait travailler. Les gens ne partaient pas des villages, car pourquoi faire ? La notion de famille était et reste toujours très importante, et la communication avec l’extérieur étant difficile, pourquoi partir loin… Pour la même chose. L’intérêt de la Russie pour ce territoire pauvre, sans ressources, sans réel intérêt industriel, est son emplacement géographique. L’échec du projet « South Tream » avec la Turquie pour l’approvisionnement en gaz de l’Europe par la mer n’a fait qu’accentuer cette intérêt de a Russie pour ce petit pays. En effet, Le gaz fourni pour l’Europe par Gazprom passe par l’Ukraine, la Transnistrie et la Moldavie. L’électricité russe de l’est de l’Europe passe par le même passage.

La Russie se sert de la Transnistrie afin d’empêcher la Moldavie de rejoindre une nouvelle fois sa grande sœur La Roumanie, qui est entrée dans l’Europe depuis 2007.Moscou, au-delà un soutien militaire officiel, mais quasi inexistant sur place, maintient ce faux état en le subventionnant : plus de 70% du budget national proviendrait de l’aide « humanitaire russe » . Le gaz est presque gratuit, la dette de la Transnistrie est de 3,5 milliards de Dollars, dette qui est rappelée à la Moldavie dès que celle-ci essaye de reprendre le contrôle de sa région de l’Est. Ce Pays avec un PIB inférieur à 8,5 milliards de Dollars aura du mal à rembourser la note en cas de « réunification ». Les retraites sont deux fois plus élevées que dans le reste de la Moldavie, même si parfois leur paiement n’est pas toujours régulier depuis l’embargo occidental envers la Russie. Le MGB (Ministère de la Sécurité Nationale) , l’équivalent du KGB sème la terreur dans cette région où les oligarques sont choisis par la Russie. Comme la Moldavie a souhaité se rapprocher de l’Europe, la Russie lui imposa trois embargos . En 2006, elle interdit l’importation des vins moldaves, prétextant la baisse de leur qualité. En 2013, les Moldaves n’ont plus le droit de travailler en Russie et en sont expulsés. En 2014, ce sont les légumes et la viande qui sont refoulés à l’entrée de la Russie.

Les adversaires du rapprochement avec l’UE capitalisent le risque pris par l’économie moldave. Afin d’accéder au marché européen, les exploitations agricoles doivent investir pour produite plus et à une qualité meilleure. Un ensemble de petits partis, menés par des leaders ou des figures politiques régionales – chantent en revanche les louanges de l’union douanière eurasiatique voulue par Vladimir Poutine. Lors des élections parlementaires de 2014, ce jeu a donné la victoire des pro-Russes aux élections moldaves. En vue de la préparation de cet Accord, La Transnitrie demande à faire partie intégrante de la loi fédérale de la Fédération de Russie. Puis, le 2 février 2014, les Gagaouzes se prononcent à 97,2% contre l’accord avec l’Union européenne et à 98,9% pour le droit à se séparer de la République moldave, selon les chiffres officiels provenant de Transnistrie.

En 1997, Vladimir Plahotniuc crée le PDM le parti social-démocrate Partidul Democrat din Moldova qui devient membre associé du Parti socialiste européen et membre à part entière de l’Internationale socialiste. Depuis la fin de la première décennie de 2000, Vladimir Plahotniuc règne  sur tous les pans du pays : médias, politique, économie, immobilier, sécurité intérieure…  La corruption fait rage et tout est organisé pour que l’organisation du pays tourne en sa faveur. Une loi d’amnistie pour les biens immobiliers acquis illégalement est d’ailleurs votée, la contrepartie pour la régularisation est de payer une amende de 3% de taxe sur le bien. Un milliard de dollars détenu par les banques moldaves est volé en 2017 (soit 15% du PIB du Pays). Cette somme disparaît en un week-end et n’a pas toujourqs été retrouvé à ce jour.

Monsieur Plahotniuc, milliardaire, se disant pro-européen, a toujours été soupçonné de jouer le rôle de la Russie. Il signe un partenariat avec Igor Dodon, élu président de la République moldave en 2016 et représente le parti pro-Russe. « Monsieur P », comme on le surnomme là-bas, ira d’ailleurs en Russie avant Igor Dodon pour discuter des accords entre la Moldavie et la Russie. Les télévisions officielles de cet homme d’affaires affichaient des messages pro-européens. Par contre, à la suite de son « évasion » de la Moldavie en 2019, il a été découvert que toutes les chaînes actives et pro-russes lui appartenaient. Le contrôle et l’auto censure des journalistes étaient de mises dans toutes les rédactions.

En 2015, Ilan Sor, un homme d’affaires israélo-moldave né à Tel-Aviv, devient Maire de la troisième ville moldave, Orhei. A seulement 30 minutes de la capitale, elle est devenue aujourd’hui la 2e ville du pays. Membre de son propre parti politique « Parti Sor » et prônant les valeurs de la Russie, le financement de ses activités obscures l’ont fait condamné en 2015 puis en 2017 pour une peine de 7 ans et demi de prison (condamné dans l’affaire du milliard de dollars). Son procès en appel n’ayant pas eu lien il reste libre. Sa chaîne de télévision prône les valeurs russes aux portes de la capitale Chisinau. Ilan Sor finance une grande partie des activités sociales de sa ville avec ses fonds propres ou des financements russes. Un parc d’attractions mobile est créé chaque été. Ilan Sor détient aussi une équipe de football « Milsami ».

 

Un point d’appui de l’Europe

Les jeunes Moldaves, ayant un âge inférieur à la quarantaine, ont les regards tournés vers l’Europe, l’Union Douanière. Ils parlent en majorité roumain, le cyrillique et le Russe n’étant plus obligatoires à l’école depuis 1989. L’internet et les nouvelles technologies dont l’apprentissage est beaucoup plus simple pour ces jeunes gens que pour leurs parents ouvriers ou agriculteurs, montrent les plaisirs de la consommation et les paysages au-delà des frontières que leurs parents n’ont pas pu connaître, par faute de moyen et de politique russe.

L’Europe à plusieurs intérêts à intégrer la Moldavie. Plutôt que de s’opposer à la Russie, l’Europe est intéressée à s’opposer au principe du pouvoir géopolitique en Europe orientale elle-même, au lieu de promouvoir ses propres valeurs. Et les trois pays d’Europe orientale qui ont signé en 2014 les accords d’association avec l’Union européenne – l’Ukraine, la Moldavie et la Géorgie – voient tout d’abord l’intégration européenne. La deuxième raison vient de l’insécurité frontalière ou intérieur de ces pays, qui peuvent créer une instabilité dans la région est de l’Europe. Enfin, la troisième raison est la position géopolitique de la Moldavie à ses frontières et sa proximité de la mer noire. Ainsi, de part et d’autre de l’embouchure du Dniestr, la base militaire de l’OTAN fait face à la marine russe déployée en Crimée.

Afin de pouvoir se rapprocher de la population moldave, l’Europe utilise une approche différente à celle de la Russie. En février 2014, le Parlement européen a approuvé la suppression des visas pour les Moldaves pour les séjours de moins de trois mois dans l’espace Schengen. La Roumanie permet aux citoyens moldaves d’entrer dans l’UE. En effet, tout citoyen moldave ayant au moins des grands-parents nés ou devenu roumain entre avril 1918 et juin 1940, peut devenir citoyen roumain (donc de l’Union européenne) moyennant un facile examen de langue roumaine. L’Accord Association signé en 2014 est une coopération poussée dans plusieurs secteurs : énergie, justice, politique extérieure, visas, culture, etc. La contrepartie pour la Moldavie sera de procéder à de profondes réformes sociales politique et économique. Il marque également un tournant entre les sphères d’influences européennes et russes, car dans le même temps, la Moldavie renonce à toute possibilité d’adhésion à l’Union eurasiatique souhaitée par Moscou.

L’Europe et les États-Unis déploient des moyens financiers importants pour la construction des routes et des infrastructures, outils de productions industrielles, développements agricoles, lutte contre la corruption… Ces subventions distribuées directement par l’Europe, ou par l’intermédiaire de la Roumanie ou encore par les États-Unis ou le FMI s’opposent ainsi à celles de la Russie. En effet, les moyens dépensés aujourd’hui devraient permettre un développement durable et « indépendant » de la Moldavie, par rapport à la garde sous tutelle russe.

 

Sylvain Cageron

 

(*) Hérodote, Histoires, V,3, dans FHDR, I, page 65.